Vétérinaire

Vétérinaires : comment communiquer sur internet

Parmi les professionnels de santé libéraux, les vétérinaires sont les plus présents sur internet. Le dernier Code de déontologie de la profession paru au Journal Officiel du 15 mars 2015 a en effet libéralisé la communication de ces professionnels, qui peuvent utiliser plus facilement internet et les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, près des deux tiers des cabinets et cliniques vétérinaires disposent déjà d’un site internet dédié, et un tiers des structures vétérinaires est présent sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, ou sur d’autres supports web comme Google+. Parmi les différentes spécialités, les vétérinaires canins et les structures de grande taille sont les plus connectés.
Un site internet présente en effet l’avantage de mieux faire connaître le cabinet ou la clinique, notamment ses spécificités, ses équipements, son personnel, les horaires d’ouverture et les jours de garde, les services proposés… Une page Facebook permet aussi de mieux faire connaître la structure vétérinaire, mais également de partager des informations avec la clientèle. Plus encore qu’un site internet, la présence sur Facebook est souvent utilisée comme un outil de fidélisation de la clientèle.
Si ces nouveaux moyens de communication sont en plein essor, c’est grâce notamment au Code de déontologie de la profession, qui a assoupli les règles en la matière. Toutefois, avant de se lancer sur internet, il faut connaître les principales dispositions de ce code et les limites à ne pas franchir.

La déontologie à respecter

De manière générale, la communication des vétérinaires est désormais libre, quels qu’en soient le support et les modalités, sous réserve d’être conforme aux dispositions réglementant l’exercice de la profession. Les informations paraissant sur internet et les réseaux sociaux doivent donc être loyales, fiables et vérifiables, afin de respecter la relation de confiance avec la clientèle.
Que ce soit sur internet ou sur d’autres supports, le vétérinaire a même un devoir d’information des clients sur les prestations et les services proposés. Il doit par exemple préciser qui travaille dans l’établissement de soins ou comment est organisée la permanence des soins. Par ailleurs, il peut indiquer, mais sous une forme qui ne doit pas être promotionnelle ou publicitaire, la tarification des actes pratiqués au cabinet ou à la clinique.
Afin de respecter le Code de la santé publique, il n’est en revanche pas possible de citer les tarifs des médicaments vétérinaires, et toute communication encourageant l’utilisation d’un médicament vétérinaire soumis à prescription est interdite.

Créer un site en pratique

Sauf exception, un prestataire extérieur est nécessaire pour créer un site internet professionnel. Plusieurs centrales d’achat vétérinaires disposent à cet effet d’un portail web « véto » sur lequel le site de la clinique ou du cabinet peut être hébergé. Il existe également des agences de communication spécialisées dans la profession vétérinaire qui réalisent des sites internet sur mesure.
A noter : une fois le site internet créé, le vétérinaire peut communiquer l’adresse de celui-ci à sa clientèle (sur les cartes de visite ou en pied de page des ordonnances, par exemple). Il est également judicieux de renvoyer au site à partir de la page Facebook du cabinet (et inversement).

>>> CMV Médiforce finance la création des sites internet des vétérinaires.

Articles pouvant vous intéresser

Vétérinaires : comment s’installer

Cabinet individuel, Société Civile Professionnelle, Société d’Exercice Libéral… : les médecins vétérinaires disposent de nombreuses structures juridiques pour s’installer. Or, (…)