Financement de votre matériel médical

Télémédecine : l’informatique et les équipements

Les équipements informatiques nécessaires en télémédecine

Les téléconsultations et télé-expertises médicales se déploient rapidement en France, mais nécessitent un système informatique adapté et surtout sécurisé. Le point sur les équipements qu’il faut détenir.

La télémédecine est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. En pratique, on distingue :
– la téléconsultation, qui permet à un praticien de donner une consultation à distance ;
– la télé- expertise, qui permet à un professionnel médical de solliciter à distance l’avis d’un ou de plusieurs professionnels médicaux ;
– la télésurveillance, avec laquelle le professionnel de santé peut interpréter à distance les données recueillies sur le lieu de vie du patient ;
– et la téléassistance médicale, pour permettre à un professionnel de santé d’assister à distance un autre praticien au cours de la réalisation d’un acte.

Quel matériel ?

Concrètement, un matériel informatique récent avec un logiciel métier certifié couvre quasiment tous les besoins de télémédecine. Pour pratiquer la télémédecine, il faut en effet, au minimum, une connexion internet et un micro-ordinateur avec une caméra. Il existe des solutions informatiques complètes de téléconsultation médicale, avec des fonctionnalités telles que l’invitation des patients, la visioconférence, l’émission d’ordonnances sécurisées à distance, le paiement par carte bancaire du patient, l’émission des feuilles de soins.
Il existe également des solutions, fixes ou mobiles, spécialisées dans le suivi post-hospitalisation de patients à domicile, par exemple dans les domaines de la chirurgie et de l’obstétrique. Lorsqu’elles sont mobiles, ces solutions s’appuient sur des tablettes communicantes et des objets connectés de mesure de constantes médicales, remis au patient lors de son retour à domicile et connectés à un nuage internet accessible au médecin.

Sécuriser les données

En matière d’outils informatiques, la Haute Autorité de la Santé (HAS) a formulé plusieurs recommandations pour l’échange, le partage et le stockage des données lors des actes de télémédecine :
– pour l’échange des données, le praticien doit se servir d’une messagerie sécurisée de santé (le recours aux messageries électroniques personnelles est à exclure) ;
– pour le partage des données, une plateforme de partage garantissant les conditions de confidentialité et de sécurité des données de santé doit être utilisée (c’est-à-dire une plateforme de téléchargement permettant le partage de données à distance, en temps réel ou différé, avec un patient ou un autre professionnel) ;
– si le dispositif de télémédecine implique une externalisation des données, l’hébergement des données de santé doit être réalisé par un hébergeur agréé ou certifié pour l’hébergement, le stockage et la conservation de données de santé.
Par ailleurs, les vidéotransmissions doivent également être sécurisées.

Des aides à l’équipement

Une aide à l’équipement informatique des cabinets médicaux a été instaurée depuis 2016 par le biais de plusieurs indicateurs inscrits dans le « forfait structure ». Pour 2019, la liste des équipements pouvant faire l’objet d’une aide financière comprend notamment les stéthoscopes connectés, les électrocardiogrammes (ECG) connectés, les échographes connectés, les caméras connectées…
Récemment, l’Assurance maladie a en outre décidé d’accorder des aides financières en faveur du déploiement des actes de télémédecine, par exemple pour s’équiper en vidéotransmission, mettre à jour les équipements informatiques, ou s’abonner, le cas échéant, à des plateformes de télémédecine pour assurer des actes de téléconsultation dans des conditions sécurisées.

Pour financer le matériel informatique nécessaire à la télémédecine