Vétérinaire

Vétérinaires : comment s’installer

Cabinet individuel, Société Civile Professionnelle, Société d’Exercice Libéral… : les médecins vétérinaires disposent de nombreuses structures juridiques pour s’installer. Or, chacune d’entre elles correspond souvent à un type d’exercice et entraîne des besoins de financement différents.

Les structures juridiques pour s’installer

Souvent, les petits cabinets vétérinaires canins (soignant les animaux de compagnie) sont en exercice individuel ou en société civile : Société Civile Professionnelle (SCP) ou Société Civile de Moyens (SCM) dans la plupart des cas. Les vétérinaires ruraux, quant à eux, exercent à titre individuel, mais peuvent aussi être en société dans la mesure où le monde rural est en difficulté, ils sont associés à un confrère qui a une activité canine. Enfin, dans les cliniques vétérinaires, l’association est la règle.

  • L’exercice individuel est le plus simple pour s’installer, puisqu’il n’y a pas de statuts à rédiger et pas de risque de mésentente avec des associés. Mais il limite les possibilités de développement de l’activité et rend plus difficile le financement en matériels et équipements lourds.
    L’association, au contraire, permet de se développer plus rapidement et de financer plus facilement des moyens matériels communs.
  • Dans les sociétés civiles, la SCP s’adresse de préférence aux structures vétérinaires relativement importantes. C’est un groupement d’exercice dans lequel les associés décident de mettre en commun des moyens matériels (locaux, matériels, mobilier, personnel) et les recettes professionnelles, avec un partage des bénéfices. Bien que la SCP soit un peu contraignante, elle permet d’offrir à la clientèle des services supérieurs à ceux d’un praticien individuel.
    La SCM, quant à elle, n’est pas une structure d’exercice, mais un groupement qui permet seulement de partager les frais de l’exercice avec d’autres praticiens, tout en conservant son autonomie professionnelle. L’un des avantages de la SCM est de pouvoir acquérir plus facilement des matériels plus coûteux et plus performants.
  • La société d’exercice libéral (SEL), enfin, est une société de capitaux capable d’attirer des investisseurs et permettant d’investir en franchise d’impôt. C’est la société à privilégier pour des cabinets ou des cliniques ayant recours à des plateaux techniques lourds.

Le financement de l’installation

Lorsqu’un médecin vétérinaire s’installe en cabinet individuel, il doit financer la clientèle et le matériel, le stock de médicaments et de produits alimentaires étant généralement évalué à part.

Lorsqu’on achète un cabinet ou une clinique vétérinaire en SEL, on achète des parts de société avec un actif et un passif, ainsi que les matériels et les équipements.

Dans tous les cas, le médecin vétérinaire peut trouver un financement à 100 %. Il s’agit d’un crédit amortissable sur une durée comprise généralement entre un et douze ans.

À noter : le rachat de clientèle ou de parts de société étant une opération complexe, le professionnel qui souhaite s’installer a tout intérêt à avoir un interlocuteur unique pour l’accompagner dans sa demande jusqu’au financement de son dossier.

Articles pouvant vous intéresser