Pharmacien

Pharmaciens : une officine bien agencée

Des travaux d’agencement sont une bonne façon de remettre à plat l’organisation du travail dans l’officine et de développer le chiffre d’affaires. Mais un nouvel agencement est également prévu pour durer longtemps : le financement choisi doit donc correspondre à la nature de cet investissement tout en laissant la plus grande liberté possible au pharmacien.

Pour optimiser les ventes de l’officine, améliorer la productivité, mieux maîtriser le poste des frais de personnel et favoriser le libre accès à certains médicaments non remboursables, un bon agencement des locaux est primordial. Mais certains critères doivent être respectés, notamment pour les pharmacies sous enseigne.

Les tendances et les critères des agencements

Chaque année, les agencements des officines évoluent au gré des tendances du moment. Après les années « high-tech », la conjoncture économique pousse aujourd’hui les pharmaciens à se tourner vers des éléments plus rationnels, plus classiques, avec néanmoins plusieurs orientations majeures :

  • l’utilisation de matériaux pérennes et solides, pour rassurer la clientèle ;
  • le recours au graphisme, notamment pour la signalétique, comme élément d’identification de l’officine ;
  • un retour vers le naturel et le végétal, en utilisant, par exemple, des produits ayant moins d’impact sur l’environnement, comme les peintures sans solvant.

Dans tous les cas, un aspect agréable et confortable, une bonne clarté et la facilité de circulation dans l’officine doivent toujours être présents dans le choix de l’agencement.

Le nouvel aménagement représentant un investissement lourd, il est très important de bien choisir le prestataire. Celui-ci doit en effet pouvoir répondre aux demandes du pharmacien tout en étant attentif à son budget. Bien entendu, il doit aussi respecter les contraintes réglementaires de la profession et les délais de réalisation.

Le cas des officines sous enseigne

Une pharmacie appartenant à un groupement possédant une enseigne est un point de vente identifié en façade et à l’intérieur des locaux. Les agencements, la vitrine et la signalétique sont donc personnalisés et doivent répondre à un cahier des charges fixé à l’avance, afin de marquer l’appartenance de la pharmacie au réseau. Un agencement complet ou simplement une pose de totems, d’une croix verte spécifique ou bien de bandeaux autocollants peuvent être imposés.

Souvent, le système et le logiciel informatique installés dans l’officine sont également ceux préconisés par le groupement.

Un financement spécifique

Parfois, l’agenceur propose lui-même un financement. Mais il est en général préférable d’opter pour un partenaire financier indépendant. Avec un crédit travaux, par exemple, le pharmacien peut d’abord choisir son entreprise, puis la durée et les modalités de remboursement de l’emprunt en fonction du mobilier et des travaux qu’il aura retenus. Bien sûr, il peut aussi déterminer librement ses mensualités, en fonction de la durée de son prêt.
Dans tous les cas, un agencement est prévu pour une durée de vie de sept à dix ans et le financement retenu doit correspondre au plus près de la durée de vie des travaux pour être optimisé fiscalement.

L’emprunt est bien entendu amortissable et les intérêts du crédit déductibles des résultats de l’officine, ce qui renforce l’avantage de cette opération.

Voir aussi : crédit travaux pour financer les agencements.

Articles pouvant vous intéresser