Pharmacien

Pharmaciens : comment rénover l’officine ?

Une rénovation partielle ou complète de l’officine peut permettre au pharmacien de dynamiser ses ventes et d’augmenter son chiffre d’affaires. Pour cela, il est souvent nécessaire de bâtir un budget prévisionnel. Le financement, quant à lui, doit être adapté à la réalité économique de l’investissement.

L’officine est une entreprise libérale mais également un commerce de proximité soumis, à ce titre, à la pression de la concurrence et à l’évolution des goûts des consommateurs. Pour se démarquer et s’adapter aux attentes de la clientèle, une rénovation de l’officine peut donc être opportune.

En outre, lorsque l’officine fait partie d’un groupement pratiquant une politique d’enseigne, le pharmacien est souvent amené à devoir refaire son officine.

Or, l’expérience montre qu’une rénovation bien menée a toujours des effets positifs sur le chiffre d’affaires et la marge commerciale.

La rénovation partielle ou totale

Une rénovation plus ou moins importante de l’officine est effectuée en général lors de trois moments clés de la vie professionnelle du pharmacien. Tout d’abord au moment de l’acquisition de l’officine, pour remettre celle-ci aux normes et en conformité avec les nouvelles exigences de la clientèle. C’est à ce moment-là, en général, que les travaux les plus importants sont effectués.

En cours d’exploitation, ensuite, une rénovation peut s’imposer pour rajeunir l’officine et l’adapter au marché. Par exemple, depuis que la loi autorise la vente en libre accès de certaines spécialités non remboursables, un espace dédié à cette activité est indispensable.

Enfin, avant la cession de l’officine, un rajeunissement peut être judicieux, afin de faciliter la vente à un acquéreur potentiel.

Le budget et le financement

Du simple « relooking » à la refonte complète de l’officine, le budget des travaux peut varier dans une fourchette très large. Mais, selon la qualité des matériaux utilisés et la nature des agencements installés, le pharmacien peut compter actuellement sur un prix au mètre carré allant de 800 € à 1 200 € hors taxes environ.
Des travaux dans l’officine représentent un investissement de moyen et long terme et, pour une rénovation lourde, il est donc conseillé d’établir un budget prévisionnel afin d’en évaluer les conséquences financières. Il faut notamment essayer de calculer le délai de retour sur investissement, c’est-à-dire le rapport entre le montant de l’investissement et les bénéfices escomptés.

Côté financement, la règle générale est de pouvoir régler les travaux sur leur durée de vie économique, soit en totalité par un crédit travaux pour le gros œuvre et les agencements, soit en ajoutant un crédit-bail pour le mobilier.
S’agissant d’une opération professionnelle, les amortissements sur les travaux sont intégralement déductibles des bénéfices, de même que les intérêts d’emprunt ou les loyers du crédit-bail. Amortissements, intérêts d’emprunt et loyers constituent ainsi un moyen de défiscalisation professionnelle qui facilite les remboursements.

Voir aussi : crédit pour financer la rénovation de l’officine ou la pharmacie.

Articles pouvant vous intéresser