Kinésithérapeute

Kinésithérapeutes, les aides de l’Assurance Maladie pour s’installer

La convention nationale des masseurs-kinésithérapeutes prévoit des aides financières pour les praticiens qui s’installent dans une zone déficitaire en offre de soins. Ces aides sont versées par l’Assurance maladie. Mais elles sont soumises à conditions.

Favoriser l’installation des masseurs-kinésithérapeutes libéraux en zones très sous-dotées ou sous-dotées en soutenant leurs investissements de début d’activité : c’est l’objet des “ contrats incitatifs “ de l’Assurance maladie. Trois de ces contrats peuvent actuellement être utilisés.

 

Le contrat d’aide à la création de cabinet

de masseurs-kinésithérapeutes (CACCMK)

Ce premier contrat vise les masseurs-kinésithérapeutes qui créent ou reprennent un cabinet, qui s’engagent à exercer dans la zone pendant au moins 5 ans et qui peuvent justifier, notamment, d’une activité minimum de 2 000 actes la première année et 3 000 actes les années suivantes, avec au moins, dans leur patientèle, la moitié de patients résidant dans la zone.

Si ces conditions sont respectées, le masseur-kinésithérapeute peut bénéficier d’une aide maximum de 49 000 € sur les 5 ans du contrat (soit 20 000 € par an les deux premières années et 3 000 € par an les trois dernières années).

Attention : ce contrat ne peut pas être renouvelé.

 

Le contrat d’aide à l’installation des masseurs-kinésithérapeutes (CAIMK)

Avec ce second contrat sont concernés les masseurs-kinésithérapeutes qui s’installent dans un cabinet de groupe existant ou dans une structure d’exercice pluriprofessionnelle et qui s’engagent à y exercer pendant au moins 5 ans. Comme précédemment, ils doivent justifier d’un minimum de 2 000 actes la première année et de 3 000 actes les années suivantes, et de la moitié de cette activité auprès de patients habitant dans la zone.

Les masseurs-kinésithérapeutes peuvent alors bénéficier d’une aide de 34 000 € maximum sur 5 ans (soit 12 500 € par an les deux premières années et 3 000 € par an les trois années suivantes).

La durée de 5 ans du CAIMK n’est pas renouvelable.

 

Le contrat d’aide au maintien d’activité des masseurs-kinésithérapeutes (CAMMK)

Ce troisième contrat est proposé aux masseurs-kinésithérapeutes déjà installés dans la zone sous-dotée ou très sous-dotée mais qui s’engagent à maintenir leur activité dans cette zone pendant au moins 3 ans.

A condition, notamment, que 50% au moins de l’activité soit réalisée auprès de patients habitant dans la zone et, qu’en cas d’exercice individuel, le masseur-kinésithérapeute fasse appel à des confrères remplaçants pour assurer la continuité des soins en son absence, il peut bénéficier d’une aide de 3 000 € par an sur 3 ans.

Un CAMMK peut être signé à condition que le masseur-kinésithérapeute ne soit pas déjà engagé avec un autre contrat incitatif. En revanche, ce contrat peut être renouvelé.

 

A noter

Les zones sous-dotées ou très sous-dotées éligibles à ces contrats peuvent être vérifiées avec le service en ligne Rezone (rezone.ameli.fr/rezone/). Vous pouvez aussi vous connecter sur le site de l’Agence régionale de santé (ARS) de votre région ou contacter votre caisse primaire d’assurance maladie de rattachement.

 

Pour aller plus loin, téléchargez le Guide de l’installation et du financement des masseurs-kinésithérapeutes

guide installation

Articles pouvant vous intéresser