Chirurgien dentiste

Dentistes, les formalités pour s’installer en libéral

Avant de commencer à exercer en libéral, le jeune chirurgien-dentiste doit accomplir un certain nombre de formalités administratives. Mieux vaut les effectuer en totalité et dans le bon ordre pour éviter de perdre du temps.

dentiste

Les formalités et démarches nécessaires pour pouvoir exercer en tant que chirurgien-dentiste concernent non seulement les jeunes praticiens qui ouvrent ou rachètent un cabinet, mais également ceux qui s’installent comme remplaçant ou collaborateur libéral.

Ces différentes formalités sont les suivantes :

 

Première étape : Le Conseil départemental de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes

Vous devez en premier lieu contacter le conseil départemental de l’Ordre des chirurgiens-dentistes du lieu d’exercice. Celui-ci vous délivrera une attestation d’inscription, qui sera à présenter ensuite à l’Assurance maladie. Un identifiant RPPS (Répertoire partagé des professionnels de santé) vous sera également attribué.

La délivrance de votre carte de professionnel de santé (CPS) sera quant à elle générée automatiquement.

 

Seconde étape : L’Assurance Maladie

Votre affiliation l’Assurance maladie est ensuite requise. Pour cela, il faut prendre rendez-vous à la Caisse primaire du lieu d’exercice. La caisse procèdera aux différentes formalités liées à son domaine de compétences (adhésion à la convention nationale des chirurgiens-dentistes, commande des feuilles de soins pré-identifiées à votre nom…). En outre, la CPAM procèdera à votre affiliation au régime d’assurance maladie des praticiens et auxiliaires médicaux conventionnés (PAMC).

 

Troisième étape : L’URSSAF

Vous devez également vous affilier au Centre de formalité des entreprises (CFE) du lieu d’exercice ou effectuer l’immatriculation en ligne sur le site www.cfe.urssaf.fr

Vous serez ainsi affilié aux différents organismes fiscaux et sociaux obligatoires (répertoire Insee, centre des impôts, etc.).

 

Quatrième étape : La caisse de retraite

Quatrième et dernière : l’inscription à la caisse de retraite. Si ce n’est pas déjà fait par le biais de l’immatriculation à l’URSSAF, vous devez vous affilier à la Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes (CARCDSF). C’est obligatoire, que vous exerciez en cabinet à temps plein ou à temps partiel, et même si vous exercez par ailleurs une activité salariée.

 

Enfin, il ne faut pas oublier non plus :

  • de souscrire une assurance de Responsabilité civile professionnelle (RCP). Cette assurance est en effet indispensable pour pouvoir commencer à exercer en libéral ;
  • de faire assurer les biens du cabinet et la responsabilité civile exploitation du cabinet (c’est l’objet des contrats multirisques professionnels) ;
  • le cas échéant, de souscrire à l’assurance volontaire Accident du travail et maladie professionnelle (ATMP) auprès de la Caisse primaire d’Assurance maladie ;
  • d’ouvrir un compte bancaire professionnel dédié à la nouvelle activité libérale, de prendre un comptable (ce n’est pas obligatoire, mais conseillé) et d’adhérer à un organisme de gestion agréé afin de bénéficier de ses services.

 

Pour en savoir plus :

guide installation chirurgien-dentiste

video la minute de l'expert

Articles pouvant vous intéresser

Exercer en centre dentaire

L’exercice en centre de santé dentaire permet aux chirurgiens dentistes de bénéficier des avantages du salariat. Mais les praticiens concernés (…)