Financements professionnels

Comment choisir entre crédit et crédit-bail

Le crédit et le crédit-bail sont les deux modes de financement principaux pour les matériels et les équipements des professionnels de santé libéraux. Mais leurs caractéristiques et leurs avantages respectifs sont sensiblement différents.

Avant d’opter pour un financement, le professionnel de santé libéral doit savoir s’il veut être propriétaire du matériel qu’il souhaite financer, ou s’il préfère être locataire, afin de se décharger d’une partie des obligations liées à la propriété d’un bien professionnel.

Le financement à crédit

Le crédit est la première solution de financement possible. Ses avantages principaux sont la simplicité, la rapidité (les fonds sont débloqués très rapidement) et la facilité d’emploi. En prenant un crédit à taux fixe avec des remboursements constants, le professionnel de santé libéral n’a pas de surprise et sait toujours où il en est de ses remboursements. Les crédits professionnels peuvent couvrir jusqu’à 100% du montant de l’investissement pour des matériels ou des équipements neufs.

Le crédit court en général sur une période de un à sept ans pour les matériels et les équipements légers, ou sur dix à quinze ans pour les installations lourdes.

CMV Médiforce vous propose du crédit classique pour votre matériel ou votre véhicule.

En achetant un matériel à crédit, le professionnel de santé en devient immédiatement propriétaire. Fiscalement, il peut donc déduire les amortissements, les intérêts d’emprunt et les dépenses d’utilisation. Mais dès lors que le matériel est affecté à l’activité professionnelle, il est soumis, lors de la revente, au régime des plus-values professionnelles.

Le financement en crédit-bail

Le crédit-bail n’est pas une opération de crédit. Le professionnel de santé commande l’équipement dont il a besoin auprès du fournisseur de son choix, mais c’est la société de financement qui acquiert le matériel et lui loue, moyennant le versement de loyers.

Le crédit-bail est un mode de financement particulièrement souple et même « sur mesure », puisque le professionnel de santé libéral en détermine lui-même les principales caractéristiques : durée de l’opération, versement d’un apport (15 % ou 20 %) ou financement à 100%, loyer mensuel ou annuel. Il est ainsi possible de verser des loyers qui correspondent véritablement à son budget.

En outre, à l’issue de la période de location, le professionnel de santé peut choisir d’acquérir le matériel pour une valeur de rachat (« valeur résiduelle ») définie à la signature du contrat.

Enfin, le crédit-bail étant une opération « hors bilan », il garde intacte la capacité d’endettement du cabinet.

CMV Médiforce vous propose du crédit bail pour votre matériel ou votre véhicule.

Sur le plan fiscal, les loyers versés sont bien entendu déductibles des résultats du cabinet dès lors que le bien financé est professionnel. Il n’y a pas d’amortissements à comptabiliser, et pas de plus-value à calculer lors de la restitution du matériel au loueur.

À noter : la législation sur le taux effectif global (TEG) concerne les crédits aux particuliers et aux professionnels, mais pas les opérations de location comme le crédit-bail sur le matériel ou le véhicule ou la location de longue durée (LLD), puisque celles-ci ne se traduisent pas par un prêt d’argent.

Articles pouvant vous intéresser

Choisir une complémentaire santé

Aujourd’hui indispensable pour être mieux remboursé de ses frais, une complémentaire santé peut également offrir des garanties et des formules (…)