Fiscalité

Matériels : comment calculer le budget et la rentabilité d’un investissement

Matériel médical, mobilier, système informatique… Les biens à financer lors de l’installation ne manquent pas. Mais avant de choisir un financement, il faut sélectionner les investissements et bâtir un budget prévisionnel.

Le choix des investissements à financer

Lors de l’installation du cabinet médical, les frais sont élevés et des priorités s’imposent souvent. Mais quel que soit l’investissement en cause ou le mode de financement retenu, le professionnel de santé libéral doit faire un effort financier dont il faut évaluer tous les aspects.

La première chose à faire est de définir l’objectif de chaque investissement et, en cas d’impossibilité de les financer tous en même temps, de faire une sélection en fonction de leur coût et de leur utilité professionnelle. Par exemple, l’achat d’un matériel médical, d’un équipement de bureau ou d’un système informatique doit être réalisé avant tout pour travailler plus efficacement, pour développer la clientèle et réaliser de nouvelles recettes.

Il s’agit, ensuite, de bâtir un plan de financement, en budgétisant les investissements et l’ensemble des frais d’installation d’après les possibilités d’autofinancement et d’emprunt.

À noter : CMV Médiforce vous aide à budgéter le coût de vos investissements.
Vous pouvez effectuer vos simulations, en crédit bail ou en crédit classique pour votre matériel.

Calculer le coût d’un investissement

Avant de décider d’un investissement, il faut savoir évaluer son coût réel en tenant compte de toutes les dépenses susceptibles d’être entraînées par cette opération. On doit donc ajouter au coût d’acquisition et au financement : les frais de transport, d’installation, de mise en route (stage de formation à un logiciel de gestion du cabinet, par exemple), et éventuellement le coût des travaux dans les locaux pour installer un gros matériel.
Inversement, il ne faut pas oublier de retrancher éventuellement le prix de revente ou le montant de la reprise de l’ancien matériel, en tenant compte de l’imposition de la plus-value professionnelle si celle-ci est due.

À noter : un investissement important peut générer un besoin de trésorerie supplémentaire, qui doit également être financé.

Évaluer la rentabilité de l’investissement

Le professionnel de santé libéral doit essayer aussi de calculer la rentabilité prévisionnelle de l’investissement. La méthode la plus simple est d’évaluer les recettes et le bénéfice moyen supplémentaires qui seront dégagés.

Exemple : un praticien effectuant des visites doit financer un nouveau matériel de 10 000 euros qui doit générer 3 000 euros de recettes supplémentaires par an, et changer son véhicule professionnel – coût : 20 000 euros – qui générera 1 000 euros de recettes en plus (davantage de patients pouvant être visités avec ce véhicule).

Dans le premier cas, le taux de rentabilité du matériel, sur 5 ans, est de (3 000 x 100) / 10 000 = 30%, et il est de (1 000 x 100) / 20 000 = 5% pour la voiture.

À noter : les calculs de budget prévisionnel et de rentabilité des investissements doivent être effectués avec l’aide de l’expert-comptable ou du centre de gestion agréé.

Articles pouvant vous intéresser

Des financements défiscalisés

Pour un professionnel de santé libéral, le financement d’un équipement, d’une voiture professionnelle ou de travaux constitue un excellent outil (…)