Développement de votre activité

Médecins : comment recruter un assistant médical ?

Un médecin généraliste ou spécialiste peut recruter un assistant pour dégager du temps médical supplémentaire et mieux répondre à la demande de soins, avec une aide financière de l’Assurance maladie. Les conditions à remplir sont les suivantes.

Un avenant à la convention médicale de juin 2019 permet aux médecins généralistes et spécialistes avec option de pratique tarifaire maîtrisée (OPTAM) de recruter et de financer des assistants médicaux pour des tâches de secrétariat administratif, de préparation de la consultation ou d’organisation du parcours de soins du patient. L’assistant médical doit permettre ainsi de dégager du temps pour que le médecin puisse voir davantage de patients dans les zones où la demande de soins est forte, et d’améliorer les conditions d’exercice au cabinet.

Les aides pour embaucher un assistant

L’incitation financière au recrutement des assistants médicaux est forte, avec une aide de l’Assurance maladie qui varie suivant l’option choisie (1/3 d’assistant médical, 1/2 assistant médical ou, par dérogation pour les médecins exerçant en zone déficitaire, 1 assistant médical). En option 3, par exemple, le recrutement d’un assistant médical en équivalent temps plein (ETP) dans une zone déficitaire donne droit à une aide financière de 36 000 € la première année, 27 000 € la seconde et 21 000 € à compter de la troisième année. Cette aide annuelle est versée pendant 5 ans.

Dans le cas général, trois médecins regroupés peuvent prétendre à un ETP, deux médecins à un demi-ETP (et donc à la moitié de l’aide versée pour un ETP), et un médecin seul à un tiers d’ETP.

Parmi les conditions à remplir, le médecin doit exercer en groupe (sauf en zone sous-dense) et s’inscrire dans une démarche d’exercice coordonné (maison de santé pluriprofessionnelle ou communauté professionnelle territoriale de santé, notamment) ou s’engager à le faire dans les deux ans. Les médecins généralistes doivent en outre avoir un nombre de patients dont ils sont le médecin traitant suffisant – plus de 640 patients – et, pour les autres spécialistes, avoir vu un certain nombre de patients différents dans l’année (ce qu’on appelle la « file active »).

Enfin, le médecin doit s’engager, s’il est généraliste ou spécialiste en médecine générale, à augmenter sa patientèle adulte médecin traitant et sa file active, et s’il est d’une autre spécialité, à augmenter sa file active.

A noter : certains spécialistes (radiologues, stomatologues…) sont par ailleurs soumis à des critères géographiques.

Comment recruter un assistant ?

Le profil d’assistant médical est accessible surtout à des profils soignants, comme les infirmières ou les aides-soignants, mais aussi à des profils non soignants comme les auxiliaires de puériculture diplômées. Une qualification professionnelle est en cours d’élaboration et n’est pas encore exigée. En revanche, l’assistant médical qui n’est pas titulaire de la qualification professionnelle doit être formé ou s’engager à suivre une formation spécifique dans les deux ans après son recrutement, et avoir obtenu cette qualification professionnelle dans les trois ans.

L’assistant médical doit être embauché en contrat à durée indéterminée sur la base de la durée horaire correspondant à l’option choisie (1/2 ETP, 1/3 ETP ou 1 ETP).

A noter : lorsqu’un médecin a déjà une secrétaire médicale, celle-ci peut devenir assistante médicale à condition que son poste soit à nouveau pourvu, puisqu’un assistant médical ne doit pas remplacer un emploi existant au cabinet.

Articles pouvant vous intéresser

Comment évaluer votre patientèle ?

Bien évaluer la patientèle est nécessaire, notamment lorsque l’on souhaite acquérir un cabinet médical ou paramédical, un cabinet de radiologie, (…)