Développement de votre activité

Installation dans les « déserts médicaux »

Un désert médical est une zone géographique dans laquelle le nombre de professionnels ou d’établissements de santé est nettement plus faible que dans le reste du pays. Le ministère de la Santé considère qu’un territoire rentre dans la catégorie du « désert médical » quand la densité de médecins par rapport à la population est de 30 % inférieure à la moyenne nationale. Des territoires où l’offre médicale est insuffisante pour répondre aux besoins de la population, la France en compte malheureusement beaucoup. D’après l’ordre des médecins, les régions les plus touchées par ce phénomène sont la Picardie et le Centre.

Inciter les généralistes à s’installer dans les déserts médicaux

En 2013, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, a répété à de nombreuses reprises qu’elle ne souhaite pas obliger les médecins à s’installer dans les déserts médicaux. Le gouvernement va bientôt proposer un certain nombre de nouvelles mesures incitatives, qui s’ajouteront aux incitations financières déjà en place. En 2013, 200 contrats de praticien territorial en médecine générale sont proposés. Ce dispositif est une des réformes les plus importantes figurant dans le plan de lutte contre les déserts médicaux annoncé en décembre 2012.

On teste une garantie de revenus pour le généraliste

L’état veut inciter les jeunes médecins à s’installer dans ces zones ou les soins ne sont pas facilement accessibles pour tout le monde. S’installer en zone rurale peut donc devenir plus sécurisant et intéressant pour les généralistes. A la « campagne », ils peuvent profiter des prix plus bas et de facilités financières : la taxe foncière est beaucoup moins chère et les communes mettent souvent à disposition des locaux et des logements gratuitement pour le médecin et sa famille, sans compter les éventuelles déductions fiscales. Les médecins se voient garantis 3640 euros pour 165 consultations par mois. En complément, l’agence régionale de santé (ARS) verse au jeune praticien « une rémunération complémentaire aux honoraires perçus d’un montant tel que le revenu global soit égal à un revenu brut mensuel maximum de 6 900 euros ».

Nombre de consultations Chiffre d’affaires brut par mois Complément brut par mois (GARANTI)
EX1 Niveau de rémunération brut garanti : 6 900 € 165 165 x 23 €
= 3 795 €
3 105 €
EX2 Niveau de rémunération brut garanti : 6 900 € 190 190 x 23 €
= 4 370 €
2 530 €

Pour toutes les installations de généralistes, CMV Médiforce offre plusieurs options de financement afin que vous puissiez développer votre activité dans les meilleures conditions possibles. Ces différents crédits sont adaptables à votre situation et leurs paramètres sont modulables : du crédit à la carte.

Pour l’installation du généraliste

L’installation du généraliste est un moment important dans la vie d’un professionnel libéral de santé et il s’avère que c’est un investissement qui devient de plus en plus conséquent. Il est donc nécessaire d’étudier les différentes options de financement d’aménagement du cabinet, mais aussi d’étudier les options qui se présentent au professionnel pour financer son véhicule professionnel … Vous pouvez prendre contact avec nos équipes afin de préparer votre dossier de financement.

Installation du généraliste en libéral : prise de contact

Pour financer le véhicule lors de l’installation

Deux types de financements sont utilisés par les généralistes afin qu’ils puissent financer leur véhicule professionnel : le crédit-bail-bail et le crédit classique.

Le Crédit Bail est réservé à l’achat d’un véhicule neuf et pour une utilisation professionnelle ou mixte (professionnelle et particulier). A la fin de la durée de location le professionnel de santé devient propriétaire du véhicule avec le versement de l’option d’achat (1% de la valeur initiale). Le premier loyer (versement) peut être majoré, si vous le souhaitez, pour des raisons fiscales.

Crédit-bail voiture médecin

Le Crédit classique permet de financer un véhicule d’occasion ou récent. Vous êtes propriétaire du véhicule dès la mise en place du crédit. Vous n’êtes pas obligé d’avoir un apport et le financement peut correspondre à 100% du prix du véhicule.

Crédit- voiture médecin

Comparer le crédit-bail et le crédit classique pour l’achat d’une voiture nécessite un peu de calcul … Dans le cas du crédit classique (ou apparaît obligatoirement la notion de TEG) vous devez prendre le coût total du crédit. Pour un crédit–bail (donc sans notion de TEG) vous devez multiplier le montant du loyer par la durée de location et rajouter l’option d’achat.
Dans les deux cas vous devez rajouter les éventuels frais de dossier.
Les deux résultats obtenus permettent simplement de comparer le coût de l’opération.

C’est généralement le financement en crédit-bail qui coûte le moins cher. Mais n’hésitez pas à comparer en utilisant notre simulateur de crédit.

Articles pouvant vous intéresser

Comment évaluer votre patientèle ?

Bien évaluer la patientèle est nécessaire, notamment lorsque l’on souhaite acquérir un cabinet médical ou paramédical, un cabinet de radiologie, (…)