Kinésithérapeute

Masseurs-kinésithérapeutes : le véhicule professionnel

Le crédit et le crédit-bail sont les deux solutions principales qui s’offrent au masseur-kinésithérapeute libéral pour financer un véhicule professionnel. Le choix n’est pas seulement financier : il faut aussi prendre en compte les conséquences juridiques, fiscales et comptables du financement.

Choisir le véhicule et le mode d’acquisition

Pour un masseur-kinésithérapeute libéral, financer une voiture professionnelle est un investissement important. Avant de choisir le financement, le masseur-kinésithérapeute doit prendre plusieurs éléments en considération :

  • Faut-il acheter ou louer le véhicule ? Le financement à crédit de la voiture permet d’en être directement propriétaire, alors que le crédit-bail est une opération de location assortie d’une option d’achat.
  • En cas d’acquisition à crédit, faut-il inscrire le véhicule à l’actif professionnel ou le conserver dans le patrimoine privé (1) ? Dans le premier cas, les amortissements, les intérêts d’emprunt et les charges d’entretien et de réparation sont déductibles, mais le véhicule peut être soumis aux plus-values professionnelles lors de sa revente. En cas de conservation dans le patrimoine privé, au contraire, aucune taxation au titre des plus-values n’est possible, mais les amortissements et les intérêts d’emprunt ne sont pas déductibles.

À noter : avec un financement à crédit, le masseur-kinésithérapeute libéral peut renoncer aux frais réels et utiliser le barème kilométrique de l’administration pour évaluer ses frais de voiture.

  • Quel type de véhicule choisir ? Attention ici à la fiscalité : en effet, plus la voiture est polluante, plus les frais qui peuvent être déduits fiscalement sont plafonnés. Ainsi, en 2017 les amortissements (en cas d’acquisition) ou les loyers (en cas de crédit-bail) ne sont déductibles qu’à hauteur du prix de la voiture qui ne dépasse pas 9 900 € TTC si le taux d’émission de dioxyde de carbone (CO2) est supérieur à 155 g/km, 20 300 € si ce taux est compris entre 20 et 60g/km et 30 000 € si les émissions sont inférieures à 20g/km.
    Voir le tableau en bas de page pour les autres années d’acquisition du véhicule.

Le choix du financement et ses avantages

  • Le crédit permet au masseur-kinésithérapeute libéral de financer un véhicule neuf ou d’occasion. C’est un financement simple et clair : avec des échéances de remboursement fixes, il est très facile de budgéter l’investissement.
    Si le véhicule est inscrit à l’actif professionnel, les intérêts du crédit peuvent être déduits intégralement, et les amortissements dans la limite d’un prix de 30 000 €, 20 300 €, 18 300 € ou 9 900 €.
  • Le crédit-bail finance des véhicules neufs. C’est une formule très souple : le professionnel libéral finance la totalité du prix de la voiture ; il peut racheter le véhicule au prix convenu et sans pénalités, en s’acquittant seulement de la valeur résiduelle fixée au départ ; il peut choisir le montant de cette valeur de rachat résiduelle (dans une certaine limite) ; il peut opter pour des loyers linéaires ou avec un premier loyer majoré, afin de défiscaliser une somme plus élevée…

Fiscalement, les loyers sont déductibles dans la limite de 30 000 € si la voiture émet moins de 20 g/km de CO2, de 20 300 € si elle émet entre 20 et 60g/km  et 9 900 € si elle émet plus de 155 g/km de CO2.

Enfin, le crédit-bail garde intacte la capacité d’emprunt du cabinet.

(1)Si le masseur-kinésithérapeute est soumis au régime de la déclaration contrôlée.

Année d’acquisition
ou de location
du véhicule
Taux d’émissions de CO2 du véhicule
(g de CO2 par kilomètre)
2017 0 à 19g 20 à 59g 60 à 155g 156g et +
2018 0 à 19g 20 à 59g 60 à 150g 151g et +
2019 0 à 19g 20 à 59g 60 à 140g 141g et +
2020 0 à 19g 20 à 59g 60 à 135g 136g et +
2021 0 à 19g 20 à 59g 60 à 130g 131g et +
Plafond de
déduction fiscale
30 000 € 20 300 € 18 300 € 9 900 €

Articles pouvant vous intéresser