Chirurgien dentiste

Exercer en centre dentaire

L’exercice en centre de santé dentaire permet aux chirurgiens dentistes de bénéficier des avantages du salariat. Mais les praticiens concernés sont également soumis aux choix de gestion et d’organisation des soins définis par le centre.

Dans les centres de santé dentaire en général, les patients bénéficient de plusieurs avantages : des tarifs conventionnés sans dépassement d’honoraires, une dispense de frais (tiers payant) en fonction des accords conclus avec les mutuelles pour les actes courants tels que les soins ou les prothèses, des actions de santé publique, des actions de prévention ou d’éducation pour la santé.
Toutefois, dans certains centres privés ou « low cost », les patients subissent aussi les exigences de rentabilité de la structure : certains centres privilégieraient ainsi les implants et les couronnes au détriment d’autres soins moins rémunérateurs.
Dans tous les cas, même si tous les centres de santé dentaire n’ont pas vocation à être « low cost », le rapport qualité/prix de la prestation de soins est le premier argument mis en avant. Ainsi, environ deux millions de patients fréquentent chaque année, par exemple, les centres dentaires mutualistes.

Le statut des praticiens

Les centres dentaires regroupent en moyenne de quatre à douze praticiens, avec un personnel réduit. Les soins pratiqués doivent, bien entendu, être assurés par un professionnel inscrit à l’Ordre des chirurgiens dentistes, et les prothèses doivent être réalisées par des prothésistes dentaires diplômés.
Dans tous les cas, le chirurgien dentiste doit exercer son art en toute indépendance, conformément aux prescriptions du Code de déontologie. Néanmoins, il doit aussi se plier aux choix d’organisation et de gestion du centre et participer à la politique de santé mise en place. Mais, théoriquement, il ne peut être soumis à aucune norme de productivité ou de rendement dans le cadre de son exercice professionnel. Il est par exemple interdit d’imposer un nombre de patients par jour.
Le temps de travail est en général de 35 heures par semaine, avec la possibilité d’effectuer des heures supplémentaires. Certains centres comportent une part assez importante de praticiens étrangers, notamment espagnols.
A noter : de nombreux centres dentaires associatifs de droit privé sont gérés ou administrés par des chirurgiens dentistes ou par des prothésistes dentaires.

Les salaires pratiqués

Les chirurgiens dentistes sont salariés par le centre. Dans les centres mutualistes s’applique un contrat-type de travail utilisé par l’ensemble des groupements mutualistes. Dans la très grande majorité des cas, il s’agit d’un contrat à durée déterminée, mais il est également possible de signer un contrat à durée déterminée. La rémunération est particulière puisqu’un certain pourcentage du salaire est indexé sur l’activité réalisée, laquelle est exprimée en nombre d’actes.
Lors d’une enquête réalisée en 2011 par la Mutualité Française, le salaire mensuel moyen d’un chirurgien dentiste omnipraticien s’élevait à 6 900 euros bruts (en équivalent temps plein), mais avec des écarts importants selon les centres. Pour les orthodontistes, il était de 8 400 euros bruts, avec des écarts encore plus importants.
Les praticiens salariés bénéficient par ailleurs des avantages liés à ce statut : indemnités de la Sécurité sociale en cas de maladie, de maternité ou d’accident du travail, congés payés, ancienneté, notamment. Les praticiens libéraux n’ont bien sûr pas droit à tous ces avantages. C’est pourquoi un nombre croissant de chirurgiens dentistes est attiré par l’exercice salarié en centre dentaire.

Articles pouvant vous intéresser