N° Vert : 0 800 77 77 14

Comment vendre des médicaments sur internet ?

Disposer d’un site en ligne de vente de médicaments permet au pharmacien de mieux servir les patients, notamment ceux qui ne peuvent pas se déplacer. Mais la création d’un tel site est très réglementée.

La pharmacie en ligne présente plusieurs avantages pour les patients. Pour les personnes qui habitent dans un désert médical, internet leur garantit l’accès à certains médicaments, de chez eux. L’achat en ligne permet aussi une confidentialité totale, qui n’est pas toujours garantie au comptoir de la pharmacie. Enfin, les produits vendus sur internet sont généralement moins chers.

De nombreux pharmaciens se sont déjà adaptés à cette évolution en créant leur site internet marchand. Attention toutefois à respecter les conditions prévues.

Les autorisations nécessaires

Pour pouvoir créer son site internet, le pharmacien d’officine doit d’abord demander une autorisation à l’Agence régionale de santé (ARS) dont il dépend. Si celle-ci ne répond pas dans un délai de deux mois, l’autorisation est considérée comme accordée. Le pharmacien doit ensuite informer l’Ordre national des pharmaciens de l’autorisation qu’il a obtenue.
Attention : un site non autorisé peut être fermé à la demande de l’ARS.

Les caractéristiques du site

Pour que le pharmacien d’officine puisse vendre des médicaments sur internet, le site doit respecter les conditions suivantes :

  • La pharmacie en ligne doit appartenir à une officine physique. Pour cette raison, les portails hébergeant plusieurs sites d’officines ne sont en principe pas autorisés;
  • Seuls les produits de parapharmacie et les médicaments qui ne sont pas soumis à prescription médicale obligatoire peuvent être proposés à la vente. Il s’agit donc des médicaments en accès direct, vendus sans ordonnance.

Sur le plan technique, un certain nombre de mentions légales doivent être indiquées sur le site :

  • Le nom du pharmacien ;
  • Les coordonnées de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ;
  • Les liens vers les sites de l’Ordre national des pharmaciens et du ministère de la santé ;
  • Le logo européen sur toutes les pages (en pratique, une croix verte doublée des couleurs du pays d’origine). Attention, ce logo doit répondre à plusieurs exigences.

A noter : le patient peut vérifier la conformité du site en allant sur le portail de l’Ordre national des pharmaciens où figure la liste des pharmacies en ligne autorisées.

La responsabilité du pharmacien

Dans tous les cas, le e-pharmacien est tenu aux mêmes obligations que lors de la vente de médicaments à l’officine. Par exemple, il a un devoir d’information et de conseil sur les produits vendus (le patient peut poser une question en ligne, ou se faire rappeler au téléphone). Il peut aussi refuser de vendre un médicament si la santé du patient l’exige. De plus, la quantité délivrée doit être conforme à la durée de traitement indiquée dans les caractéristiques du produit.

>>> CMV Médiforce finance la création des sites internet des pharmaciens.