N° Vert : 0 800 77 77 14

Pharmaciens : entrer dans le capital d’une officine ?

La Société d’Exercice Libéral (SEL) est devenue l’un des vecteurs privilégiés d’accès à la profession de pharmacien d’officine. Mais pour un jeune qui souhaite s’installer, il y a plusieurs façons d’entrer dans le capital de la société, sans qu’il soit toujours obligé de disposer d’un apport personnel important.

Entrer dans le capital d’une officine suppose que celle-ci soit exploitée sous la forme d’une société de capitaux. La plus fréquente actuellement est la Société d’Exercice Libéral (SEL), généralement déclinée sous forme de SELARL (SEL à responsabilité limitée). Très proche de la SARL commerciale, la SELARL est la société la plus souple et la moins coûteuse. Lorsqu’elle est constituée d’associés d’une même famille, elle permet même aux associés d’être soumis à l’impôt sur le revenu.

Un jeune pharmacien qui souhaite s’installer peut soit racheter un fonds officinal et créer une SEL pour l’exploiter, soit racheter les parts d’une SEL existante en entrant dans le capital de cette société. Les deux approches ne sont pas les mêmes.

S’installer en créant une société

S’installer en achetant un fonds officinal et en créant une société pour l’exploiter nécessite une mise de fonds conséquente et un apport personnel important, même à deux associés seulement. Malgré la crise économique, en effet, la valeur des fonds de commerce de pharmacie a peu baissé ces dernières années.

Mais un jeune pharmacien peut également, seul ou avec un autre pharmacien exploitant, s’associer plus largement avec un pharmacien investisseur, minoritaire en capital, dans une SEL. Il peut alors investir avec un apport plus faible, entrer dans une officine plus importante et bénéficier de la caution professionnelle et financière de l’investisseur.

Prendre une participation minoritaire

Un adjoint qui veut devenir titulaire peut également, s’il n’a pas le financement nécessaire pour acquérir la majorité des parts de la pharmacie, commencer par prendre une participation minoritaire dans la société. Il rachètera ensuite progressivement des parts afin de devenir, plus tard, le successeur du titulaire.

Enfin, la SEL peut aussi être utilisée comme un outil d’investissement personnel, puisqu’un pharmacien peut prendre jusqu’à deux participations minoritaires en droits de vote dans deux officines en SEL autres que celle où il exerce, et qu’une SEL peut elle-même prendre deux participations dans deux autres SEL. Des participations en cascade sont donc envisageables, mais elles deviennent alors très minoritaires puisqu’on acquiert des minorités de capital à partir de participations déjà elles-mêmes minoritaires.

Au total, les façons d’entrer au capital d’une société d’exercice libéral sont nombreuses, et elles entraînent des besoins en apport personnel et en financement eux-mêmes différents. Mais dans tous les cas, avec les SEL, un jeune pharmacien doit pouvoir trouver des solutions pour exercer sa profession moyennant un investissement compatible avec ses possibilités financières.