N° Vert : 0 800 77 77 14

Médecins généralistes : comment remplacer un confrère ?

Qu’il s’agisse d’un remplacement régulier et de courte durée ou d’un remplacement plus long pendant une période de congés, le médecin qui remplace un confrère doit supporter un certain nombre de frais et de charges pendant cette période. Il faut donc les prévoir.

Les différentes formes de remplacement

Traditionnellement, les remplacements entre médecins généralistes sont effectués en été ou pendant une période de congés du médecin remplacé, et durent de quelques jours à quelques semaines au maximum.

Mais, de plus en plus fréquemment, des praticiens se font remplacer de façon régulière et pour une courte durée, par exemple un ou deux jours par semaine chaque semaine. Ce type de remplacement peut par exemple permettre au médecin remplacé de tester un successeur pour sa clientèle, ou au jeune confrère de perfectionner sa pratique médicale avant l’installation.

Dans les cabinets de groupe, il arrive également que les médecins se remplacent mutuellement et ponctuellement.

Dans tous les cas, c’est le remplaçant qui perçoit, pour le compte du remplacé, les honoraires correspondant aux actes accomplis. Il lui reverse ensuite un pourcentage de ces honoraires selon le taux convenu à l’avance. Concernant les feuilles de soins, le remplaçant utilise celles du remplacé en rayant le nom de ce dernier et en indiquant le sien avec la mention « remplaçant ».

À noter : un médecin peut se faire remplacer dans sa clientèle soit par un docteur en médecine inscrit au Tableau de l’Ordre, soit par un étudiant en médecine, titulaire d’une licence de remplacement. Remplaçant et remplacé doivent cesser toute autre activité médicale libérale pendant cette période.

Les besoins du médecin remplaçant

Pendant le remplacement, c’est le praticien remplacé qui continue d’assumer tous les frais courants du cabinet. Mais, de son côté, le remplaçant doit assumer un certain nombre de charges telles que ses charges sociales et ses frais personnels de voiture, de transport, de nourriture et d’hébergement.

  • Si le remplacement dure longtemps ou se renouvelle très régulièrement, le remplaçant doit disposer d’un véhicule en bon état pour effectuer les visites à domicile. Dans de nombreux cas, le financement d’un nouveau véhicule, en crédit classique ou en crédit-bail, peut s’imposer.
  • Pour les frais courants de repas et d’hébergement et pour les dépenses quotidiennes, le remplaçant doit en outre disposer d’une trésorerie suffisante avant l’encaissement des premiers honoraires. De même, en cas de remplacement un ou deux jours par semaine seulement, il doit disposer d’une réserve d’argent dans ces intervalles. Dans les deux cas, il peut donc lui être nécessaire d’ouvrir un compte de trésorerie afin de disposer de fonds pour pallier ces décalages.

À noter : le Code de déontologie des médecins impose de rédiger un contrat de remplacement. Ce contrat doit prévoir notamment les frais à la charge du remplaçant et, parmi ces frais, ceux qui lui seront remboursés le cas échéant par le médecin remplacé.